Buenos Aires, por fin!

20 novembre 2010

Buenos Aires est un cirque. Je n’ai jamais vu un tel mélange des classes sociales, qui se ressent un peu partout, en arpentant les rues de la ville. On est immanquablement choqué par le côté hétéroclite de la cité portegne.  Entre deux édifices de verre, on peut retrouver un immeuble de type haussmanien, côtoyant des  bâtiments de type colonial, qui cachent à leur tour des maisons à colombages.

Je réside actuellement dans une banlieue type « desperate housewives » très tranquille, très calme, avec des gardes privés postés à chaque carrefour. Il n’y a aucune maison pareille à sa voisine, les voies pavées sont sublimées par des grands arbres verts.
L. me fait découvrir toute l’histoire de la ville, on n’arrête pas de marcher, et de voir des choses nouvelles.

En flânant dans les rues les plus touristiques de la ville, on tombe sur une quantité de gens qui veulent nous vendre myriade de choses, y compris changer des devises étrangères. On n’a jamais vraiment la paix ici.

san telmo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :